JOIN & SUPPORT

Your donation of any amount makes an immediate and lasting difference!

BUFFY SAINTE-MARIE: PATHFINDER

BUFFY SAINTE-MARIE: PATHFINDER

Artist(s): Buffy Sainte-Marie
Start: December 17, 2021 3:00 pm
End: March 5, 2022 5:00 pm
Galleries: Main Marvin

BUFFY SAINTE-MARIE: PATHFINDER a retrospective exhibition by an innovator of digital art

Curated by Natasha Desrochers Lowenthal, of Paquin Entertainment

**Please note due to high COVID cases in Winnipeg, Urban’s Gallery will be temporarily closed till further notice.**

VIRTUAL GALLERY HERE!

By appointment only. Contact info@urbanshaman.org or call 204-942-2674 to set up a time to visit the gallery!

French to follow

BIOGRAPHY:

Buffy Sainte-Marie is believed to have been born in 1941 on the Piapot First Nation reserve in Saskatchewan and taken from her biological parents when she was an infant. She was adopted by a visibly white couple and raised in Maine and Massachusetts. As a child, Buffy’s adoptive mother self-identified as part Mi’kmaq but knew little about Indigenous culture. She encouraged Buffy to find things out for herself when she grew up. By the age of four, Buffy had taught herself to play the piano by ear and was making up songs for fun. The gift of a guitar for her sixteenth birthday made her music portable.  She invented new tunings which would influence both her own unique sound and that of other future musicians, like Joni Mitchell.

At university, Buffy earned undergraduate degrees in both Oriental Philosophy and Education. Upon graduation, she began singing in coffee houses in New York’s Greenwich Village, leading to her first recording contract and the extensive touring that launched Buffy to international stardom. From the late 1960’s through the 1970’s, she expanded both her music and visual art into experimental technologies that evolved into what is now called digital art and electronic music. Since 1983, Buffy has been the recipient of fifteen Honorary degrees from universities across Turtle Island including an honorary Ph.D. in Fine Art from the University of Massachusetts. Since her groundbreaking debut album, 1964’s It’s My Way!, the Cree singer-songwriter has been an informative trailblazer and  advocate for Indigenous rights, a continually evolving artist, and a contributor of positive thinking and resiliency amid difficult issues. With songs like “Universal Soldier” and “Until It’s Time for You to Go“, Buffy established herself among the ranks of songwriter greats such as Bob Dylan and Irving Berlin.

Throughout her career, Buffy has devoted much of her time and resources to supporting Indigenous peoples through a variety of educational programs. Her Nihewan Foundation for Native American Education provided scholarships for Indigenous studies and students, two of whom became presidents of tribal colleges; and her Cradleboard Teaching Project provided accurate core curriculum including science, government and geography based in Native American cultural perspectives for all grade levels. In 1998, Buffy Sainte-Marie received the Native Americans in Philanthropy’s Louis T. Delgado Award for Native American Philanthropist of the Year and, for the next twelve years, combined her work in education with her writing, visual art, recording and touring.

Most recently, Buffy released two critically acclaimed albums, Power in the Blood (2015) and Medicine Songs (2017), collectively winning multiple JUNO Awards, and the highly coveted Polaris Music Prize. In 2017, Buffy received the Allan Waters Humanitarian Award and she opened the JUNO Awards’ national telecast with a riveting introduction that went off-script when she acknowledged that Ottawa is on the “un-surrendered” territory of the Algonquin and Anishinaabe Nations who have been here “for thousands and thousands and thousands of years”. In 2019, Buffy was named a Companion of the Order of Canada – the nation’s highest civilian honour. In 2020, Buffy released her debut children’s book Hey Little Rockabye, while her 1964 album It’s My Way! won the Slaight Family Polaris Heritage Prize, awarded to albums that have remained culturally relevant decades after their release.

2021 celebrated Buffy’s 80th birthday with recognition for her lifetime of contribution as a musical and visual artist, as well as activist, educator and philanthropist dedicated to Indigenous rights.  Still on the road performing, Buffy was recently celebrated at the National Arts Centre for Canada Post’s unveiling of her commemorative stamp, as well as appearing in Los Angeles for a special tribute from the Academy of Motion Picture Arts and Sciences’ acknowledging Buffy Sainte-Marie as the first Indigenous person ever to win an Oscar for writing the hit song, “Up Where We Belong” from An Officer and a Gentleman.

 

EXHIBITION ABSTRACT:

Buffy Sainte-Marie approached the digital medium as she has with every facet of her diverse career — with trailblazing ingenuity. Reflect back to 1984 — a time when the internet was almost unheard of and home computers were in their infancy — Buffy was there, building pieces of this collection within the confines of the very first versions of MacPaint on the earliest Macintosh models. The technology was nothing like the digital production resources we have today, and was used primarily as tools for marketing and graphic design rather than for creating fine art with emotional impact. Being void of prefabricated filters or options for multiple layers, the process of creating artful images required dexterity and patience. Rising above the limitations of the software, she injected as much depth of tradition and attention to detail with pixels as one would with intricate beadwork or classic oils. Meticulously blending scanned images of her wet studio paintings and in-progress drawings and sketches with those of real fibers, feathers and beads, Buffy crafted these digital tapestries with the precision and care of a natural-born storyteller. The visual and intellectual brilliance of this collection is undeniably ahead of its time.

 

ARTIST STATEMENTS:

Ayahuasca Jaguar 1 and 2: Klimt-esque in its composition, multiple colour variations of this piece depict a woman and a Jaguar, the sacred symbol of the power of nature.  The artist sits, unconcerned with the instability of her surroundings, levitating above the chaos and relaxing into her metamorphosis.  The presence of the Jaguar cub and the power of their connection describes an Ayahuasca consciousness.

Elder Brothers: With spirit-like presence, Buffy’s homage to the figures of L.A. Huffman’s 1881 portrait of two indigenous men semi-materializes them into our present psychedelic digital world. Moved by their long-gone realities while working on this piece, Sainte-Marie honoured them by placing scanned eagle feathers of her own in each man’s grasp. One holds a staff, adorned with her eagle feathers, and the other holds the scanned image of the eagle feather fan given to her by respected Blackfoot Elder, Ed Calf Robe, a significant figure in Buffy’s personal connection to her indigenous roots.

Fallen Angels: In this reinterpretation of renowned British photographer, Simon Fowler’s portrait – first used as the cover of “Coincidence and Likely Stories” (EMI Records, 1990) – Buffy painstakingly overlaps and mirrors the solitary figure of the photo into two of herself. Her addition of cosmic spheres and light refractions simulates natural lens flares implying the figure has somehow multiplied mid-dance. Originally titled “Twins”, the image implies there is no ‘other side’ to this lens, only the simultaneous presence of a visual ‘twin’ to her own identity as a musician.

Fifi the Cat: With colour and contrast, immortalized by meticulously inserting photographs of her pet’s eyes, Buffy pays homage to her beloved feline companion.

Forced to Dance: Created in tandem with Buffy’s original story, this very early illustration began in MacPaint and unfolded over the years as new hardware and software evolved to include colour. It is a digital ‘tapestry’ depicting an artist, performing in an atmosphere of corrupt men self-elevated on pedestals of systemic patriarchy. Although their network of power may seek to reroute and control her, Nature’s tiny weaver, Spider Woman, silently works to untie the artist’s hands and free her to perform her truth.

Hands: The Coming of the Digital Age: This self-portrait depicts the artist receiving the world in pieces, bracing for the blinding wave of the digital age that is about to engulf us all. The contrast and saturation results in a skull-like background image which, in the indigenous perspective, represents humanity. The gesture injects an awareness and reception of the beauty, intensity and unseen potential in this new virtual realm. This image made its public debut at the Emily Carr College of Fine Art in Vancouver in June of 1994 as the logo for the Pixel Pushers Exhibit of Digital Art.

Neon Hula: ‘Neon Hula’ depicts the mesmerizing movement of three dancers in jewel tones, their hair accentuated in electric blue, swaying in sync with the branches of plumeria trees.

Pink Village: This fragmented image of an elder materializing over an inhabited valley, bearing witness to the chaos and destruction of his way of life, suggests generations of indigenous presence. His ghostly existence is appearing and disappearing between the modern world and traditional community.

Self Portrait: Self-portraits are often the result of the artist in isolation, using their own identities out of necessity, volunteering themselves as placeholders for all of us as individuals among the mass collective. This stunning self-portrait depicts Buffy as the identifying human visage, emerging from beads and feathers as though her very thoughts, voice and creations are manifesting those patterns. Her features burst forward from the blackened void of the digital realm in a prismatic phenomenon.

Shell Woman: Sainte-Marie digitally transposed her original drawing onto the photographed surface of an abalone shell, then printed and layered it with more painting in her wet studio. This beautiful image brings forward the Indigenous idea of walking lightly on the Earth, taking only what is offered and seeing these resources as more valuable than currency.

Talks Lies: One of Buffy’s earlier digital images, ‘Talks Lies’ began as a pastel sketch. The image implies that the world is often not as it seems. Although this man appears in perfect symmetry, there is something telling in his attitude, suggesting he is bracing for defense. As his name reveals, he is a betrayer–a sell-out who misleads and misrepresents his people and signs away the well-being of future generations.

The Mohawk Warrior Contemplates His Future: Buffy Sainte-Marie’s image of a young Mohawk man contemplating his future integrates photography, blur and circular brush strokes to imply his identity is in flux. His pose is repeated and layered, portraying his existence as an open portal, encapsulating his youth, his forebears, his desires and his potential.

Wesakechak The Trickster: The Trickster is described in countless legends as the sacred entity who takes on many forms – seen here as Wapoose, or rabbit, on the verge of change – with eagle feathers as ears. The symmetry and placement of his features tricks the eye as his form fluctuates. His earrings mimic the modern masks of comedy and tragedy. By tradition, Indigenous heroes exist in undefined roles and are simultaneously dangerous and amourous, serious and humourous. Buffy’s re-imagined image offers a metaphor for the fascination and frustration of contemporary efforts to define tradition and distinguish between the sacred and the profane.

Woman With Dolphins: In true celebration of the divine feminine, depicting a woman with child inside, submerged in the ecosystem of her island cohabitants, she embodies the nucleus of creation. Tranquility and purpose pulsate through the vibrancy of jewel tones and flow in unison into the deep beyond.

Yaqui From the Wings: Yaqui From The Wings encompasses the perspective of the performer, reaching out to connect to diverse hearts yet simultaneously remaining self-conscious of the unique perception of each viewer. It is the story of a beloved dancer on stage, watched from the wings by his relatives. He ignores the audience but notices the viewer witnessing his act. His gaze exposes his awareness to us. In this simple pause, Buffy intimately connects us to her work with humour and humility.

image shown: Self Portrait, 36″x36″ on Kodak Endura metallic paper. Courtesy of the artist.

___________________________________________

BUFFY SAINTE-MARIE: ÉCLAIREUSE DE CONSCIENCE exposition rétrospective de l’œuvre innovatrice d’une pionnière de l’art numérique

BIOGRAPHIE

Buffy Sainte-Marie serait née en 1941 à la réserve de la Première Nation de Piapot en Saskatchewan pour ensuite être séparée de ses parents biologiques dans sa toute jeune enfance. Elle a été adoptée par un couple blanc et élevée au Maine et au Massachusetts. La mère adoptive de Buffy s’identifiait dans son enfance en tant que Micmaque, mais en savait peu sur la culture autochtone. Elle a encouragé Buffy à mener ses propres quêtes au fil de sa vie. Déjà à quatre ans, Buffy avait appris toute seule à jouer du piano à l’oreille et composait des chansons pour se divertir. À seize ans, elle reçoit en cadeau une guitare qui lui permet de porter sa musique en tout lieu. Elle invente alors de nouveaux accords qui moduleront ensuite son propre style de musique et celui d’autres musiciens, dont Joni Mitchell.

À l’université, Buffy obtient des diplômes de premier cycle en philosophie orientale et en éducation. Elle commence ensuite à chanter dans les cafés du Greenwich Village à New York, ce qui ouvre la voie à son premier contrat d’enregistrement et aux multiples tournées qui la hissent au rang de vedette internationale. De la fin des années 1960 aux années 1970, elle approfondit son œuvre musicale et visuelle en adoptant des technologies expérimentales qui en viennent à constituer ce qu’on appelle maintenant l’art numérique et la musique électronique. Depuis 1983, Buffy a reçu quinze diplômes honorifiques d’universités situées d’un bout à l’autre de l’île de la Tortue, y compris un doctorat honorifique en arts de l’Université du Massachusetts. Depuis le lancement en 1964 de son premier album novateur It’s My Way!, l’auteure-compositrice-interprète crie s’est révélée une formidable éclaireuse de conscience et défenseure des droits autochtones, une artiste en constante évolution, et une source d’optimisme et de résilience face à des enjeux difficiles. Par ses chansons telles Universal Soldier et Until It’s Time for You to Go, Buffy s’inscrit dans la lignée des grands auteurs de la trempe de Bob Dylan et d’Irving Berlin.

Tout au long de sa carrière, Buffy voue une grande partie de son temps et de ses ressources au soutien des Autochtones au moyen de divers programmes éducatifs. Sa fondation, la Nihewan Foundation for Native American Education, a offert des bourses en études autochtones et destinées à des étudiants autochtones, dont deux sont devenus présidents de collèges tribaux. Elle a aussi lancé un projet, le Cradleboard Teaching Project, qui vise à proposer des programmes fondamentaux pour l’étude des sciences, du gouvernement et de la géographie intégrant des perspectives culturelles autochtones nord-américaines pour tous les niveaux scolaires. En 1998, Buffy Sainte-Marie obtient le prix Louis T. Delgado à titre de philanthrope américaine autochtone de l’année et, durant les 12 années qui suivent, elle intègre son action éducative à ses projets d’écriture, d’art visuel, d’enregistrements et de tournées.

Plus récemment, Buffy lance deux albums encensés par la critique, Power in the Blood (2015) et Medicine Songs (2017), qui lui valent ensemble de multiples prix JUNO et le très prestigieux prix de musique Polaris. En 2017, Buffy obtient le prix humanitaire Allan Waters et elle ouvre la cérémonie nationale télévisée de remise des prix JUNO sur un exaltant message spontané dans lequel elle signale qu’Ottawa se trouve sur le territoire « non abandonné » des nations algonquines et anishinabées qui se trouvent ici « depuis des milliers, des milliers et des milliers d’années ». En 2019, Buffy est nommée Compagnon de l’Ordre du Canada, la plus haute distinction civile au pays. En 2020, Buffy publie son premier livre pour enfants Hey Little Rockabye, et son album de 1964 It’s My Way! obtient le Prix du patrimoine Polaris de la famille Slaight, attribué aux albums qui conservent leur pertinence culturelle des dizaines d’années après leur sortie.

En 2021, le 80e anniversaire de Buffy est souligné par d’autres marques de reconnaissance de l’ensemble de sa contribution en tant qu’artiste musicale et visuelle et comme militante, éducatrice et philanthrope vouée aux droits autochtones. Toujours en tournée, Buffy a été récemment honorée au Centre national des arts à l’occasion du dévoilement de son timbre commémoratif et s’est aussi rendue à Los Angeles pour y recevoir un hommage spécial de l’Académie des sciences et des arts du cinéma à titre de première Autochtone à avoir remporté un Oscar pour la composition de la chanson à succès « Up Where We Belong » du film Officier et gentleman.

 

RÉSUMÉ DE L’EXPOSITION

Buffy Sainte-Marie a exploré le monde numérique comme elle a su si bien le faire dans toutes les sphères de sa riche carrière, soit avec une créativité audacieuse. Dès 1984, à un moment où Internet et les ordinateurs personnels n’avaient pas encore pris leur envol, Buffy s’employait déjà à concevoir les œuvres de cette collection à l’aide des toutes premières versions de MacPaint des premiers ordinateurs Macintosh. Plus élémentaire, la technologie était alors sans commune mesure avec les outils numériques d’aujourd’hui et servait principalement à la mise en marché et au graphisme plutôt qu’à la création d’œuvres artistiques chargées d’émotion. Comme il n’y avait pas de fonctionnalités multicouches ni de filtres préconfigurés, il fallait faire preuve de dextérité et de patience pour arriver à créer de bonnes images artistiques. Malgré les limites des logiciels, elle a su insuffler à ses œuvres pixellisées un sens de la tradition et du détail à la hauteur de celui qu’on peut retrouver dans les peintures à l’huile classiques et les broderies perlées les plus fines. Par une méticuleuse fusion d’images numérisées de ses aquarelles produites en atelier et de ses dessins et esquisses avec celles de véritables tissus, plumes et perles, Buffy a confectionné ces tapisseries numériques avec la finesse et la minutie d’une conteuse née. La splendeur visuelle et intellectuelle de cette collection dénote assurément une vision résolument avant-gardiste.

 

TEXTES SUR LA DÉMARCHE ARTISTIQUE

Ayahuasca Jaguar 1 and 2 : (Jaguar ayahuasca 1 et 2) Dans le style de Klimt, cette œuvre aux multiples variations de couleurs montre une femme et un jaguar, symbole sacré de la puissance de la nature. Assise, l’artiste est indifférente à l’instabilité de son espace et lévite au-dessus du chaos, détendue dans sa métamorphose. La présence du jeune jaguar et l’intensité de leur rapprochement reflètent un état de conscience induit par l’ayahuasca.

Elder Brothers : (Frères aînés) Évoquant une présence spirituelle, l’hommage de Buffy aux deux hommes autochtones figurant dans un portrait de 1881 de L.A. Huffman permet de les matérialiser en partie dans notre monde numérique psychédélique actuel. Touchée par leurs existences depuis longtemps révolues, Buffy leur a rendu hommage en leur faisant porter ses propres plumes d’aigle numérisées. L’un tient un bâton, orné de ses plumes d’aigle, et l’autre tient l’image numérisée de l’éventail en plumes d’aigle que lui a offert un aîné pied-noir respecté, Ed Calf Robe, figure marquante en lien avec l’attachement personnel de Buffy à ses racines autochtones.

Fallen Angels : (Anges déchus) Dans cette relecture du portrait du célèbre photographe britannique Simon Fowler utilisé la première fois pour la pochette de l’album Coincidence and Likely Stories (EMI Records, 1990), Buffy recoupe et duplique minutieusement sa figure solitaire pour recréer deux versions d’elle-même. En insérant des sphères cosmiques et des réfractions de lumière évoquant des reflets d’optique, elle laisse supposer que la figure s’est en quelque sorte dédoublée au fil de sa danse. Initialement intitulée Twins (Jumelles), l’image laisse entendre qu’il n’y a pas d’« autre optique » que celle de la présence simultanée d’une « jumelle » visuelle de sa propre identité de musicienne.

Fifi the Cat : (Fifi la chatte) Tout en couleurs et en contrastes, Buffy rend hommage à sa chère amie féline qu’elle immortalise par l’insertion soignée de photos des yeux de son animal de compagnie.

Forced to Dance : (Forcée à danser) Créée en lien avec un récit original de Buffy, cette illustration, fruit de ses premières productions à l’aide de MacPaint, s’est transformée au fil des ans à mesure que les nouveaux logiciels et ordinateurs permettaient l’ajout de couleurs. Il s’agit d’une « tapisserie numérique » illustrant une artiste se produisant dans un entourage d’hommes corrompus autoinstallés sur les socles du patriarcat systémique. Malgré leurs tentatives d’user de leur pouvoir concerté pour la diriger et la contrôler, la petite tisseuse de la nature, la femme araignée, s’emploie silencieusement à délier les mains de l’artiste et à la libérer pour lui permettre d’exprimer sa vérité.

Hands: The Coming of the Digital Age : (Mains : l’avènement de l’ère numérique) Cet autoportrait représente l’artiste accueillant ce monde à petites doses, se préparant à l’éblouissante vague numérique qui s’apprête à nous submerger. Les effets de contraste et de saturation produisent une image de fond évoquant un crâne qui, dans la perspective autochtone, représente l’humanité. Le geste dénote une prise de conscience et une appréciation de la beauté, de l’intensité et du potentiel encore invisible de ce nouveau monde virtuel. Cette image a été présentée publiquement pour la première fois à l’Université d’art et de design Emily Carr en juin 1994 à titre de logo de l’exposition d’art numérique Pixel Pushers.

Neon Hula : (Hula néon) L’œuvre aux teintes scintillantes illustre les mouvements envoûtants de trois danseuses aux cheveux accentués d’un bleu électrique qui se déhanchent au rythme des branches de frangipaniers.

Pink Village : (Village rose) Cette image fragmentée d’un aîné se matérialisant au-dessus de la population d’une vallée et témoignant du bouleversement et de la destruction de son mode de vie évoque des générations de présence autochtone. Sa présence fantomatique se manifeste et s’évapore à la frontière du monde moderne et de la communauté traditionnelle.

Self Portrait : (Autoportrait) Les autoportraits sont souvent le résultat d’une démarche en solo où les artistes puisent dans leur propre identité par nécessité en se proposant comme des reflets de notre singularité à tous dans la masse collective. Cet autoportrait saisissant présente Buffy sous les traits reconnaissables de son visage humain émergeant de perles et de plumes comme si leurs motifs reflétaient sa propre pensée, voix et œuvre créatrice. Ses traits jaillissent du vide obscurci de l’univers numérique créant un effet prismatique.

Shell Woman : (Femme aux coquillages) Buffy a transposé numériquement son dessin original sur la photo d’une coquille d’ormeau pour ensuite l’imprimer et y ajouter de la peinture dans son studio d’aquarelle. Cette superbe image exprime la pensée autochtone selon laquelle il faut marquer son passage sur la Terre d’une empreinte légère en ne prenant que ce qu’elle nous offre et en accordant à ses ressources plus de valeur que toute monnaie d’échange.

Talks Lies: (Raconteur de mensonges) Cette œuvre, composée à partir d’un croquis au pastel, fait partie des premières images numériques de Buffy. L’image sous-entend que le monde n’est souvent pas tel qu’il nous paraît. Bien que cet homme affiche une parfaite symétrie, son attitude est révélatrice d’un comportement défensif. Comme son nom l’indique, il est un traître et un vendu qui fourvoie et travestit son peuple et compromet le bien-être des générations futures.

The Mohawk Warrior Contemplates His Future : (Le guerrier mohawk contemple son avenir) Dans cette image d’un jeune homme mohawk contemplant son avenir, Buffy Sainte-Marie allie photographie, effets de flou et coups de pinceau circulaires pour refléter la mouvance de son identité. Sa posture est reprise et superposée pour exprimer que sa vie est une porte ouverte sur sa jeunesse, ses ancêtres, ses désirs et son potentiel.

Wesakechak The Trickster : (Wesakechak le Fripon) Le Fripon se retrouve dans de nombreuses légendes à titre d’entité sacrée qui revêt de multiples formes, dont celle ici de Wapoose (lapin) sur le point de se transformer, avec des oreilles en plumes d’aigle. La symétrie et la configuration de ses traits trompent l’œil au gré des transformations. Ses boucles d’oreille rappellent les masques modernes de la comédie et de la tragédie. Dans la tradition, les héros autochtones ont des rôles fluctuants et sont à la fois dangereux et aimants, sérieux et comiques. L’image revisitée de Buffy propose une métaphore reflétant la fascination et la frustration de ceux qui tentent aujourd’hui de définir la tradition et de discerner le sacré du profane.

Woman With Dolphins : (Femme et dauphins) Dans une véritable célébration du caractère divin de la féminité, une femme enceinte, submergée dans l’écosystème des cohabitants de son île, incarne le noyau de la création. La sérénité et la finalité du mouvement se dégagent des teintes scintillantes des figures qui se déplacent à l’unisson dans les profondeurs marines.

Yaqui From the Wings : (Yaqui vu des coulisses) L’œuvre adopte la perspective de l’interprète qui cherche à toucher tous les cœurs de son public varié tout en tenant compte de la perception distincte de chaque spectateur. C’est le portrait sur scène d’un danseur bien-aimé observé en coulisses par sa famille. Il ne regarde pas le public, mais remarque le spectateur qui suit sa prestation. Son regard reflète sa sensibilité à notre présence. Dans cette simple parenthèse, Buffy nous rapproche intimement de son œuvre avec humour et humilité.